Bonjour ! Bienvenue...

Vous devez ajouter du contenu dans la section "à propos" dans les options du thème.

15 octobre 2013 ~ 0 Commentaire

Jour 15 : Miroir, miroir…

Le précédent Arcade Fire m’avait déjà un peu brusqué il y a trois ans. Sans abdiquer totalement (entendre: oublier que les deux premiers albums étaient bien mieux!) je m’étais résigné à un changement, pas forcément des plus enthousiasmant, mais qui réservait encore de bonnes surprises.

L »arrivée de Reflektor (le single ) début septembre a failli me faire rendre les armes définitivement, tellement le titre est à des années lumières de ce que l’on pouvait attendre du groupe. Mais finalement, cette pop dansante (sous patronage James Murphy), aux textes naïfs et quasi désuets,  montre un groupe  en train de terminer ( et de réussir) une  mutation entamée avec the Suburbs.

Alors,à défaut d’être éblouissant,  Arcade Fire prend des risques réfléchis et se renouvelle…En attendant la suite à la fin du mois, c’est déjà pas mal !

Arcade Fire – ReflektorJour 15 : Miroir, miroir... arcade

12 octobre 2013 ~ 0 Commentaire

Jour 14: Mafia time!

Corleone, j’ai d’abord pas adhéré, histoire de ne pas être d’accord avec moi même… Puis j’ai acheté l’album il y a  un moment déjà. Et j’ai compris que c’était un sacré disque que j’avais entre les mains. Glam, garage, rock’n'roll, tout y passe! Mais surtout les trois Corleone (pas nés de la dernière pluie: le leader de Sloy, et deux Dionysos…) savent y faire pour aligner les tubes underground. Vous n’avez qu’à écouter celui d’en dessous pour vous en convaincre!

 

Corleone – Welcome to the undergroundJour 14: Mafia time! corleone

 

11 octobre 2013 ~ 0 Commentaire

Jour 13: vendredi, musique sacrée…

A un moment où nombreux sont ceux criant au génie en écoutant Stromae, Fauve et consorts, je préfère largement me tourner vers les jeunots british de Temples, qui n’ont rien inventé certes, mais qui refont à merveille ce que d’autres ont déjà ( bien ) fait.

Ne vous attendez donc pas un truc exceptionnel , mais les quelques titres glanés sur le net suffisent à aiguiser la curiosité. Et c’est déjà pas mal pour ma part, quand on écoute en parallèle les non moins jeunes Strypes et leur b(l)ouse pop poussive!

 

Jour 13: vendredi, musique sacrée... temples

05 octobre 2013 ~ 0 Commentaire

Jour 12 : Mea culpa tame impala!

Pour des raisons obscures, certains artistes dont « beaucoup de monde parle » (bref, la hype n’est jamais loin!), n’arrivent jamais à mes oreilles… Ou alors de manière vraiment très éphémère , histoire que je me fasse un avis complètement infondé , ne reposant souvent que sur une mauvaise foi sans nom!

Parfois cependant, un élément/événement totalement imprévisible me fait revoir ma copie… plus objectivement (si si, je vous jure, j’en suis capable!)

Bref, Tame Impala était à mes yeux marqué du sceau de l’infamie…L’écoute du  deuxième album de Kévin Parker me fait découvrir un groupe  sous patronage Flaming Lips période The Soft Bulletin…  que je chéris tout particulièrement…

Conclusion:  j’avoue , j’suis un boulet!

Tame Impala-Mind Mischief Jour 12 : Mea culpa tame impala! tame-impala

 

02 octobre 2013 ~ 0 Commentaire

Jour 11 : Home sweet home

Le titre du jour sera pour exhumer un groupe irlandais des nineties, passé plus ou moins inaperçu en France . Quatre albums, sur autant de labels prestigieux , quatre albums avec leurs charmes et leur défauts, dignes représentant d’une époque qui ne se résume ni au grunge ni à la brit-pop. Le troisième album laisse de côté l’influence un peu encombrante du monstre d’Athens ( Géorgie) pour verser vers une pop nostalgique et lumineuse, simple mais d’une beauté imparable. La preuve pour vos oreilles ci-dessous!

A House – Into the lightJour 11 : Home sweet home a-house

27 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Jour 10 : Chaud froid infantile en rémission

Cold War Kids a, en 2011, sorti le genre d’album qui me fait parfois -souvent!-dire que plus jamais je n’écouterai un groupe (« Mine is yours  » étant d’une fadeur et d’une platitude sans nom…) Bref, on était plus trop en bon termes mes copains  de la guerre froide et moi-même.

Comme il n’y a que les imbéciles qui ne changent jamais d’avis (c’est Flanby qui l’a dit- le yaourt je tiens à préciser…),  me voici à écouter le quatrième album du groupe. Alors bon, le côté consensuel et convenu  n’est parfois pas très loin (malheureusement) mais la plupart des titres renouent avec ce côté épique et cotonneux qui m’avait attiré sur les deux premiers disques.

Le titre du jour, plutôt alerte et réussi, vous convaincra de la probable guérison prochaine du patient . Et un miracle, un!

Cold War kids -Miracle MileJour 10 : Chaud froid infantile en rémission cold-war

25 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Jour 9 : L’amour à l’italienne cévénole

Vous n’avez pas  peur des immigrés italo-franco-anglais et vous avez un grand besoin de quiétude? Il ne vous reste plus qu’à écouter le dernier Piers Faccini, Between dogs and wolves, synthèse parfaite de ce que le gugusse touche à tout a pu sortir de mieux jusqu’ici (c’est à dire quatre albums ).

Admirable de simplicité et d’une émotion à fleur de peau, le titre du jour, s’il ne vous tire pas une larme, vous fera voir la vie en rose… au moins!

 

Piers Faccini – Black RoseJour 9 : L'amour à l'italienne cévénole piers_faccini_between-9f22f

 

 

24 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Jour 8: Quand le sommeil vous manque…

Dans mon esprit le groupe du jour est intimement lié à un autre (les Fleet Foxes), bien moins prolifique mais bien plus mis en avant depuis son premier album à la pochette brughelienne… The Dodos donc, malgré au moins deux albums imparables (6 en tout),  est toujours resté coincé quelque part entre deux groupes faisant le buzz sans jamais pour autant démériter. Peut-être peut- on lui  reprocher un quasi surplace depuis Visiter, troisième  album paru en 2006. Mais quand la recette est bonne, pourquoi en changer? Surtout que les derniers albums font la part belle aux guitares électriques et aux rythmes entraînants, faisant mentir ceux se gaussant d’un énième groupe folk mou du genou.

Bref, sans être révolutionnaire, le dernier album en date, Carrier, regroupe son lot de titres réjouissants, malgré les circonstances tragiques de sa conception. Étrangement, c’est la joie qui transpire par moment, apportant un peu d’air frais et rassurant quant à la possible disparition de mes oiseaux préférés.

 

The Dodos – ConfidenceJour 8: Quand le sommeil vous manque... dodos-carrier-300x300

22 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Jour 7: Canada forever…

Il est des retrouvailles qui relèvent presque du miracle… En 2008, je découvrais avec frénésie  Chad Vangaalen et son album Soft airplane, qui pour d’obscures raisons ne finit jamais  dans ma discothèque (pourtant, celui-ci s’est retrouvé de nombreuses fois à un clic de ma possession!). Et puis, la séparation fut brutale et  je n’y ai quasiment plus pensé jusqu’à ce matin…

Et ce matin, au détour d’une activité hautement spirituelle ( la course de bébé en chariot à pousser…) me revoici plongé dans l’oeuvre du canadien à travers son dernier album sorti en 2011. Autant le dire tout de suite, celui-ci est une merveille, beaucoup moins planant et roots que Soft airplane et donc assez éloigné du souvenir que j’avais du bonhomme injustement oublié!

Pour vous en faire une idée, le titre ci-dessous, collant à l’actualité!

Chad Vangaalen – Freedom for a policemanJour 7: Canada forever... chad-vangaalen

 

18 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Jour 6: heureux les simples d’esprit!

En ce jour bien pluvieux, je plonge dans la fin des 70′s pour redorer le blason (au moins pour une partie de leur discographie, faut pas pousser quand même!) d’un groupe  que je n’aurai jamais pensé écouter il y a de cela quelques années. Si les Simple Minds vous évoquent de gros tubes boursouflés des années 80, ne passez pas votre chemin, car le début de la discographie des Ecossais méritent de revoir votre jugement ( au passage, merci Fred!).

Si ma préférence va indubitablement vers les deux premiers albums sortis en 1979 ( Life in a day et Real to real Cacophony, mélange de pop,de post punk et d’expérimentations en tous genres), le titre du jour est tiré du quatrième album du groupe, Sons and fascinations, sorti en 1981, plus froid et dansant à la fois (je vous jure c’est possibble!)  et annonçant par moments la soupe des années à venir.

Perso, après je ne peux plus! Mais ce Love song ( tout un programme!) en chant du cygne, ça claque plutôt pas mal.

Simple Minds – Love songJour 6: heureux les simples d'esprit! th

 

 

 

Jimenezdjng |
Terenceaeuq |
Wilfredctkg |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Writesongs
| Ritaanshepherd671
| Cantatemejores